Le père Pedro

Tout sur les pierres précieuses

Bungalows île aux Nattes

www.hotel-tana.net

Tueurs en série, escrocs, malédictions

Les pierres et la santé

Rencontres pour les chiens et leurs maîtres.

Arnaques

Elections présidentielles 2017

Comme dans tous les pays, les arnaques aux touristes fourmillent. Madagascar ne fait pas exception.

- Plié de rire !

Attention lorsque vous arrivez dans un pays « exotique », aux changeurs des aéroports. Généralement, vous n’avez pas d’argent local en descendant de l’avion, surtout quand la devise du pays visité n’est pas convertible. C’est le cas de l’ariary par exemple à Madagascar. Bien sur il y a un bureau de change officiel dans le hall, mais d’une part il n’est pas toujours ouvert, d’autre part les changeurs « volants » proposent un taux bien supérieur à la banque. Bien que ce soit illégal, mais les policiers et douaniers sur place sont souvent complices et ferment les yeux contre une petite rétribution. Un billet de 200 euros égale environ 50 billets de 10 000 ariary !! On se retrouve donc vite avec des piles de billets. Le changeur sort un tas de billet et compte avec vous, le tout discrètement bien sur, les billets qui vous reviennent. Vous avez dénombré 50 billets, tout va bien. Il vous donne le paquet entouré d’un ou deux élastiques. La plupart des gens empochent l’argent et filent. D’autres plus prudents recomptent les billets dans leur propres mains. Le tout vite fait, parfait il y en a 50 !! Vous arrivez à l’hôtel, vous libérez la liasse de ses élastiques, et vous vous apercevez que quelques billets sont pliés en deux. Et le même nombre de chaque côté de la pile ! Donc que vous ayez compté les billets d’un côté ou de l’autre, il y en avait cinquante. Mais comme quatre billets étaient pliés côté gauche et quatre côté droit, ceux-ci pliés en deux ont en fait été compté deux fois ! Il manque donc 8 billets dans la liasse, soit 80 000 ariary sur les 250 000 que vous auriez du avoir.
- La Calc-enculette.
Encore un classique, répandu dans les pays du sud-est asiatique et qui commence à se pratiquer à Madagascar :
lors d’achats ou d’opérations de change à la sauvette, il arrive que les vendeurs acceptent les devises étrangères, ils préfèrent même. Car non seulement ils vont vous entuber, mais gagner sur le change de ces devises. Ca m’est arrivé personnellement, mais j’avais une parade. Ils vous proposent un taux très légèrement supérieur à la banque ou aux agences officielles. De plus vous êtes fatigué de votre journée de shopping, vous avez la flemme d’aller changer à la banque et de revenir. Autant gagner du temps et faire une bonne affaire ! On fait donc les comptes rapidement, car ça se passe dans la rue et c’est relativement illégal. Pour vous mettre en confiance, les calculs sont faits à l’aide d’une machine, que le vendeur vous confie même, si vous le désirez. Le change en ariary n’est pas évident, mais la machine est formelle. Et vous partez, satisfait de vos emplettes. Sauf que la calculette est une calc-enculette. Elles sont fabriquées spécialement pour trafiquer le taux de conversion, à l’avantage des vendeurs, cela va de soi. Quand même intrigué lors de la transaction, je rendais sa calculette au vendeur et sortait la mienne de ma poche. Les vendeurs ont détalé comme des lapins. Moralité, en avoir toujours une sur soi lors d’achats ou de change à l’étranger !!!
- Ariary ou franc malgache ?
Bien que l'ariary soit instauré depuis plusieurs années, nombre de malgaches parlent encore en francs malgaches. Donc attention quand on vous annonce un prix. Si le prestataire ou vendeur vous annonce 100 000 sans précison, demandez si c'est en ariary ou fmg. Si vous ne dites rien, vous allez payer 100 000 ariary, soit 500 000 fmg au lieu de 100 000 fmg ! Souvent le vendeur est honnête et corrige le tir, mais souvent le vendeur est malhônnete et empoche le bonus sans rien dire en vous remerciant mille fois !

Arnaques 2

Retour Divers

Graines de bitume, enfants de la rue, Tana

Mokana, orphelinat à Fianarantsoa