Le père Pedro

Tout sur les pierres précieuses

Bungalows île aux Nattes

www.hotel-tana.net

Tueurs en série, escrocs, malédictions

Les pierres et la santé

Rencontres pour les chiens et leurs maîtres.

Précautions

Elections présidentielles 2017

Comme dans tout pays tropical, des précautions élémentaires sont à observer, tant au niveau santé que sécurité.
- Santé. Prévoyez une petite pharmacie de base, en brousse les médicaments sont rares. Ne buvez pas d'eau du robinet et lavez vos légumes et fruits avant consommation. La tourista fait des ravages. Moi je prends de l'Ercefuryl dans ce cas là, préférable à l'Immodium. Si vous commandez une eau minérale au restaurant ou ailleurs, vérifiez qu'elle est bien bouchée et que le bouchon "claque" bien lorsque vous le dévissez.
- Moustiques. Les moustiques sont partout même sur les hauts plateaux. Le paludisme se garde à vie une fois attrapé. Pensez donc à prendre de la Savarine ou un équivalent pour un séjour court, surtout sur les côtes où le neuro-palu sévit dans certaines zones. Le soir manches longues et pantalons sont recommandés. Un spray anti-moustiques est efficace. Un diffuseur électrique ou un tortillon à brûler vous permettra de passer une bonne nuit.
- Sécurité. Evitez de vous promener avec la moitié de Fort Knox sur vous. Les vols de bijoux à l'arraché se multiplient. Caméras et appareils photos sont à garder dans un sac. Même si vous n'êtes pas volés sur place, ce qui est quand même majoritairement le cas, un affichage ostensible de bijoux ou autres vous fera repérer et les petits malins sont susceptibles de vous suivre pour localiser votre bungalow et attendre le moment opportun, pour eux bien sûr !
- Circulation. Si par cas vous circulez en automobile dans une grande ville, verrouillez vos portes et si le temps le permet remontez vos glaces. Dans les embouteillages, le vol à l'arraché est à la mode à Tana surtout. Ils n'hésiteront pas à passer le bras dans l'habitacle et à vous arracher votre chaîne en or ou piquer votre sac à main.
- La nuit. Il n'est pas recommandé de circuler à pieds la nuit, surtout dans les villes. Et quels que soient les quartiers, contrairement à ce que j'ai pu lire de certains inconscients sur des forums. En cas d'agression, ne pas résister, ils n'hésiteront pas à vous piquer avec un couteau, voire à tirer s"ils sont armés. Le risque d'aller en prison est trop grand pour les voleurs. Quand on sait que les prisons ici sont pire que dans Midnight Express, vous comprendrez qu'ils sont prêts à tout pour ne pas se faire pincer. La vie n'a pas la même valeur qu'en Europe.
- Taxi ripou. Attention aux taxis la nuit si vous ne connaissez pas la ville. Il arrive, très rarement heureusement, que le taximan, profitant de votre méconnaissance ou de votre état d'ébriété plus ou moins prononcé, vous emmène dans un coin mal famé où ses complices vous dépouilleront avec violence. C'est arrivé recemment à une connaissance à Majunga.
- Taxi-frousse. Ayant vécu la chose, je vérifie toujours l'état du chauffeur dans un taxi-brousse. Bien que cela soit moins fréquent désormais, il arrive qu'il soit bourré, surtout pour les longs trajets, notamment de nuit. Chacun fait ce qu'il veut mais je ne prends jamais de taxi-brousse de nuit. Garder un oeil sur ses bagages n'est pas inutile. Certains "mpanera", entendez intermédiaires qui vendent les places ont tendance à charger les minibus. Donc quatre par banquette maximum. Rappelez vous qu'ils ne partent que lorsqu'ils sont pleins (les minibus). Si on vous dit qu'il ne manque qu'une ou deux places pour partir afin de vous inciter à en prendre une, c'est toujours faux.
- Papiers. Ayez toujours vos papiers sur vous, surtout le soir. Ou au moins une photocopie du passeport et de votre visa. Les flics raffolent des touristes distraits et vous amèneront à leur donner une certaine somme pour vous laisser tranquille. C'est un revenu annexe appréciable pour eux. En cas de refus ils n'hésiteront pas à vous amener au poste de police où vous risquez de passer la nuit.

Précautions suite

Retour Divers

Graines de bitume, enfants de la rue, Tana

Mokana, orphelinat à Fianarantsoa